J'ai déjà très rapidement évoqué mon addiction aux livres, quels qu'ils soient (ou presque). Un petit tour d'horizon de ce qui est sur ma table de nuit en ce moment, entre ce que je lis pour les cours, pour moi et puis ce qu'on me fait découvrir.

Tout d'abord une floppée de "Je-lis-pour-mon-cours-de-théâtre-contemporain"
# L'amour de Phèdre Sarah Kane: j'avais déjà lu le très dérangeant Psychose 4.48 et puis on m'a fait l'éloge de Sarah Kane, et de sa façon de construire des univers décalés et très, très inconfortables. J'ai découvert non sans une certaine jouissance le côté un peu malsain de ses oeuvres. Ici point de catharsis: le lecteur tente désespérément de se convaincre qu'il ne ressemble en rien aux personnages qui se dévoilent devant lui.
L'amour de Phèdre est une des pièces de Sarah Kane que je préfère (bien qu'elles soient peu nombreuses) parce qu'elle utilise une trame tellement connue que j'avais du mal à voir comment elle aurait pu s'approprier vraiment l'histoire. C'est pourtant ce qu'elle fait, supprimant l'antique rôle de la servante et inventant, pour dialoguer avec Phèdre, sa propre fille dont le prénom, Strophe, permet de savoureux jeux de mot.
# Le Moche et Visage de feu Marius von Mayenburg: Auteur tout à fait inconnu à mes yeux jusqu'à présent. J'ai du lire Visage de feu pour mon cours et il est très dérangeant dans la vision de la famille qu'il propose. J'ai beaucoup plus apprécié Le Moche, tout aussi aiguisé contre notre société mais bien plus drôle. L'histoire d'un pauvre homme que tout le monde trouve vraiment très moche, et dont le patron est obligé de lui annoncer qu'il est trop moche pour aller faire une vente commerciale. C'est assez génial je dois dire :)
# Electronic City Falk Richter: Un méli-mélo de voix qui se mélangent pour donner lieu à un grand chaos. Un aéroport, deux personnages amoureux mais perdu. Il ne sait plus dans quelle ville il est à force de voyager dans des hôtels qui se ressemblent, elle ne sait pas comment gérer une panne de scanner infra-rouge dans le magasin où elle est caissière.
Une pièce pas vraiment agréable à lire, disons-le mais je crois que ca n'était pas vraiment le but non plus. Des voix sans noms qui s'entrechoquent et dont on ne saisi pas le sens. Je regrette de ne pas pouvoir en voir une représentation sur scène.
# Assoifés Wadji Mouawad: alors celui-là je ne l'ai pas encore fini mais pour le moment il me plaît bien, la preuve je continue à le lire même après le partiel de théâtre contemporain.
# Le suicidé Nicolaï Erdman: mon gros coup de coeur du mois dernier. Ou plutôt re-coup de coeur. J'ai vu cette pièce en terminale, il y a trois ans, et j'avais vraiment beaucoup aimé. Je suis tombée sur la pièce tout à fait par hasard et elle est toujours aussi épicée. L'homme qui se plaignait de sa vie et passait son temps à dire à tout bout de champs qu'il va se suicidé est pris au mot, et la toute la société défile dans son salon, lui promettant monts et merveilles s'il se suicide en son nom.

9782266173278hyperion2hyperion3_178x300hyperion4_180x300


Ensuite moins descriptif mais plus long, j'ai commencé durant les grandes vacances à lire une octologie (en fait un tetralogie mais je lis la version pocket alors chaque volume est re-divisé en sous volume). C'est Les Cantos d'Hypérion de Dan Simmons, un des nombreux cadeaux de mes 20ans :)
Le monde au 28ème siècle. Une société univers, l'Hégémonie. La planète terre a disparue et les hommes vivent sur toutes les planètes possibles et imaginables. Cet équilibre est mis en balance par une menace nouvelle; le gritche. Monstre légendaire ou bien dieu d'une Eglise dont les buts restent incertains. Sept pélerins envoyés pour y remedier.

J'ai lu les 6 (ou 3) premiers avec avidité et puis je me suis arrêté brusquement. L'Eveil d'Endymion ne me plaisait pas plus que ça. Pour ne pas rester sur un sentiment d'inachevé j'ai repris la lecture. En fait j'ai compris pourquoi j'avais stoppé ma lecture. Ce n'est pas le même traducteur qui a traduit le dernier volume et je n'aime pas du tout son style. En plus de ça il y a pas mal de fautes qui me dérangent un peu dans un ouvrage 'officiel', des oublis de négations, des fautes de conjugaison. C'est pas très agréable par rapport à l'emerveillement des premiers livres. Celà dit même ce dernier volume est particulièrement original.
Alors, oui, c'est de la science fiction. Mais la science fiction ce n'est pas du tout quelque chose qui m'attire à la base. Et pourtant! Un univers complet s'offre à nous. Six personnages haut en couleur qui se construisent au fil des pages et dont les destins se croisent dans une espèce de mission pour sauver le monde. Sauver le monde? Oui ou alors sauver chacun les interêts qu'ils défendent. Non pas des personnages héroïsés mais des humains comme les autres, dans un futur pas si incroyable après tout.
Enfin malgré la dernière traduction qui m'a un peu déçue, c'est vraiment quelque chose à lire et à découvrir je vous les conseille ces livres :)